Championnat de France Open - Circuit de Nogaro 25-26/05/02
Résumé de Course de David Vaudry et Pascal Coadic

Mfactory

Lisez les résumés de : Eric Mairone / Yann Levasseur, Vincent Combalot, Jeff Le Glatin, David Vaudry, Jean Michel Salvaïa

Essais : Open 125 - Open 250 - SuPerSport - Protwin - SuPerProduction/STocKsport - Side Cars - Coupe Ducati - Hornet Cup
Courses : Open 125 - Open 250 - SuPerSport - Protwin - SuPerProduction/STocKsport - Side Cars - Coupe Ducati - Hornet Cup

Résumé de Course de David Vaudry
Coup de Blues !

Nous venons de passer le cap de la mi-saison. En voici le résumé !
Retour à Nogaro après deux ans d’absence. En plein sud ouest fin mai on espérait tirer un trait sur les averses qui nous avaient accompagnées au circuit Carole.
Peine perdue ! Les perturbations se sont jouées de nous pendant quatre jours.
Aussi les essais libres ont eu lieux tantôt sous une pluie battante, sous le soleil ou encore sur une piste séchante.
Pas évident dans ces conditions de prendre un rythme, de régler la moto ou encore d’évaluer le grip du revêtement neuf posé cet hiver.
La première séance d’essais qualificative se déroule sur une piste séchante. Dans ces conditions piègeuses, je décroche le 5ème temps.
Je commence vraiment à croire dans les bienfaits du motocross et je regrette amèrement que mon entraînement hivernal se soit trop vite stoppé par une fracture !
Pour la deuxième série, le soleil est au rendez vous. Chaussé de pneus neufs je pense gagner une bonne seconde sur les essais libres de la veille.
Rien n’y fait. La moto est inconduisible. La roue avant dribble dans toutes les grandes courbes et j’ai beaucoup de mal à la ramener sur les points de cordes.
J’arrache péniblement le 12ème temps dans un chrono moins rapide qu’avec mes pneus usés !
Après inspection de la moto, je découvre que Dunlop m’a fourni un pneu avant gomme dure ! ! !
Pour la finale je remets tout aux normes, mais le mal est fait. Je vais encore une fois partir de loin et me battre pour essayer de remonter un maximum de place.
Dimanche, sur la pré-grille la pluie nous arrose à nouveau. Pas longtemps. Juste assez pour tout mouiller !
David Vaudry Ducati 900ss ieEntre le tour de formation et le tour de chauffe qui précède le départ je réalise que la piste sèche très rapidement.
Si bien qu’au feu vert je me lance très confiant et attaque pour passer de suite un maximum de concurrents.
Je boucle le premier tour en 7ème position mais le wagon de tête est déjà loin.
Les 4 premiers, bien au dessus du lot, s’éloignent irrémédiablement dans des chronos d’enfer !
Je comble tour après tour mon retard sur Laurent Rameau et Elvis Lolliot respectivement en 5 et 6ème position.
J’échoue malheureusement à 1.5 seconde...
je maudis une fois de plus les courses rendues trop courtes cette année!
Ce week-end semble confirmer un déblocage sur le mouillé. En revanche, cette 7ème place à un goût de déception.
J’occupe le top 10 depuis deux ans et je ne trouve pas le déclic pour monter sur ce foutu podium.
A qui la faute ?
Probablement l’absence d’entraînement.
En plus, avec 7 épreuves en 5 mois, le calendrier ne nous laisse pas beaucoup respirer financièrement et face à nos emplois.
C’est dommage car cette année la moto est bonne et je pense franchement que je peux faire mieux encore...

Pour 2003, je suis ouvert à toutes opportunités pour ne pas raccrocher définitivement le cuir.
J’aimerais trouver un guidon pour faire quelques épreuves, soit en endurances, soit en courses de vitesse.
Mon voeux le plus cher serait de trouver des mécènes qui m’apporteront le matériel ou le budget nécessaire à la participation d’un championnat de vitesse dans de bonnes conditions...
En tête du championnat trois hommes s’échappent et leur lutte pour le titre après quatre épreuves est des plus tendue puisque Jean Michel Salvaia, vainqueur en grand seigneur avec un temps d’1’39 ‘4 et 3 secondes d’avance se rapproche de Florian toujours en tête avec quatre points d’avance tandis qu’Eric Mairone réduit encore l’écart en attendant patiemment la prochaine épreuve sur un circuit qui lui tient à coeur : Lédenon.
L’acte six se déroulera à Spa/Belgique dans le cadre des 24 heures.
Une épreuve à laquelle Jean Michel a le privilège de participer, ce qui lui donne une bonne connaissance du circuit et en fait le favori.
Quand au tombé de rideau, il aura lieu sur le tracé de Dijon-Prenois.... chez lui !
Il ne reste plus à Florian que sa pugnacité et son expérience pour garder la tête et s’imposer.
Si le week-end s’est fini dans la bonne humeur autour de la victoire de Jean-Michel et Sandra, je ne peux m’empêcher de penser au terrifiant et superbe hommage que les 58 engagés à la Hornet Cup ont rendu à leur camarade décédé pendant les qualifications.
Vêtus d’un tee-shirt noir, ces derniers ont défilé au ralenti sur un tour et ont observé une minutes de silence moteur coupé sur la grille de départ. Au milieu d’une profonde émotion. Sincères condoléances à sa famille et ses proches.
Rendez vous les 22/23 juin au circuit de Lédenon. Merci encore pour le soutien que vous nous apportez et bon rétablissement à Nicolas.

David Vaudry

Résumé de Course de Pascal Coadic
Tiens, une fois n'est pas coutume !
Moi aussi je vais prendre la plume, pas de doléances particulières....
Seulement Mr Lambs ferait bien de réfléchir, un tantinet beaucoup plus, avant de revenir en piste de surcroit en sortie de chicane, sans prévenir ceux qui ont pris un mauvais départ à cause d'une piste piégeuse, comme votre serviteur et Fred Jonqueur qui lui a perdu plus que moi !
ça aurait pu étre beucoup plus grave !
Pascal Coadic en courseJe rejoindrais (sur la piste plus tard) David Vaudry, sur la durée de ces courses, 11 tours et puis tu t'en vas !
pour ma part, il m'en a manqué, aprés avoir assisté en direct au crash et en m'arrétant pour ne pas rouler, sur je ne sais quoi ou qui et sans me faire percuter, par l'escadrille de derriére (c'est passé à un poil de cul).

Il en m'en aura fallu de la détermination, pour redoubler, ceux et celle qui profitent que l'on compte les paquerettes pour se "nachavent" et de se retrouver à 6 tours de l'arrivée avec la ligne droite de retard sur un groupe emmené par GG (godier genoud) ?
Gino Gardini bien sûr, pour échouer au drapeau à damiers, à seulement 4s du 17e...

Le premier sentiment, qui ressort à ce moment la, c'est la frustration, toutefois, mes potes qui ont suivis la course de l'intérieur, tellement contents de ma remontée et de mes 3 derniers tours en 1.42, vont me redonner le sourire et ma phylosophie légendaire.

La tête froide, j'analyserais ma course, pour me rendre compte, que ca été jouissif et que j'ai fait ca tout seul, perdu dans l'automne Gersois...

Je rends hommage au pilote de la coupe hornet,
un drame qui nous fait vite retomber les pieds sur terre et oublier les insatisfactions passagères, mais bien légitimes avec tout le mal que l'on se donne ...

IDEM COMME DAVID VAUDRY JE VEUX BIEN UN GUIDON OU UNE MOITIEE POUR 2003 !!!

Pascal Coadic