Open Superbike France

La Course Open SuperSport France
La Course SuperSport Europe
La Course Open SuperBike France
Les Résumés des Pilotes

Le Résumé de Bertrand Sebileau
Ouverture du Championnat Superbike au Mans
Les autres résumés de courses : Mans, Magny Cours,Albi, Carole, Nogaro, Le Vigeant, Ledenon

Bertrand Sebileau (Carole 2000)Ça y est, c'est reparti pour une saison complète chez Kawasaki en Superbike avec la 750 et en Endurance au Mans, au Bol et j'espère à Spa avec la 1200, un monstre de 225 chevaux qui défraye déjà la chronique.
Essayée sur le sec il y a trois semaines à Nogaro, c'est avec la 1200 que nous avons commencé les essais lundi dernier au Mans sur le mouillé. Mes prévisions quant au comportement de la ZX-12R sous la pluie qui avaient rendu incrédule le journaliste de MJ se sont révélées exactes.
C'est une bombe ! Sur le mouillé, le poids n'est un handicap qu'au freinage, le reste du temps, il permet de faire davantage chauffer les pneus et le moteur très puissant est beaucoup plus doux que celui de la Superbike et passe la puissance au sol bien mieux et plus facilement.
Sous forte pluie, j'ai roulé plus vite que la pôle-position de Honda aux 24 Heures du Mans 99 quand ils avaient collé 4 secondes au deuxième. Nous avons très peu roulé sur le sec, mais s'il est probable que la 1200 ne soit pas tout à fait au niveau de performances des meilleures Superbike, je pense qu'elle n'en sera pas loin.
Après deux jours et demi d'essais avec la 1200, j'ai attaqué jeudi les essais Superbike avec ma fidèle ZX-7R. Avec 45 kilos de moins et son moteur explosif, la 750 est vraiment un régal bien plus ludique à piloter. N'ayant aucune évolution à tester hormis en pneumatiques, l'usine ayant arrêté tout développement pour cette 750, j'ai juste fait du roulage pour me réhabituer à son comportement et adapter ses réglages aux conditions de piste.
Deux séances de pluie et deux séances de sec avec un minimum d'intervention sur la moto et me voilà prêt pour les essais chronos.
Avec plus de 80 engagés répartis en deux séries, le trafic va être dense et trouver un tour clair va être difficile.
La première séance est sèche. Quand je passe le pneu de qualif qui tient deux tours, j'arrive un peu trop en glisse au freinage du virage du musée et perd beaucoup de temps à reprendre la bonne trajectoire dans le premier tour et deux attardés me ralentissent aux chemin aux bœufs et au raccordement dans le deuxième.
J'obtiens quand même le meilleur temps de la séance mais Delétang et sa Yamaha me pique la pôle de 3/10ème en deuxième série.
Lors de la seconde manche, la piste est moitié sèche, moitié mouillée et il est par conséquent impossible de modifier la hiérarchie.
En première ligne entouré des deux Yamaha R7 de Delétang et Cazade, Moreira mon co-équipier chez Kawa complétant les 4 plus rapides des essais, j'engorge le moteur au feu vert et réalise un départ très moyen.
8ème au premier virage, je boucle le premier tour 6ème, le deuxième 4ème, cravache ensuite et tape dans mes pneus pour revenir rapidement sur le groupe de tête.
Pour les ménager ensuite, je me contente de suivre tant que le groupe reste compact. Je taxe ensuite Cazade quand il commence à décrocher. Et continue à ménager mes gommes en suivant les deux leaders. Lorsqu'une pluie légère apparaît au fond du circuit, je pense à l'arrêt de course au cas où elle s'intensifie et passe donc en tête.
Pour jauger la résistance de mes adversaires, je maintiens un rythme élevé et si Protat, le champion en titre sur sa Ducati perd un peu de terrain, je comprends que je ne lâcherai pas Delétang.
Je réduit donc un peu la pression et il me passe, ce qui me convient tout à fait. Je me contente de le suivre pensant porter mon attaque dans le dernier tour.
Mais là, j'ai mal géré le décompte des tours et me fait surprendre par le drapeau à damier un tour plus tôt que prévu. Je termine donc deuxième avec le même écart qu'aux essais chronométrés : 3/10ème !
Ça sent la revanche à Magny Cours dans 15 jours.


Bertrand Sebileau