Open de Vitesse à Carole 28/04/01
Circuit Carole

Les Essais SPS/SBK
La Course Open SuperSport
La Course Open SuperBike
Les Résumés des Pilotes

Le Résumé de Bertrand Sebileau
Quatrième manche du Championnat de France Superbike à Carole.
Les autres résumés de courses : Mans, Magny Cours, Albi, Carole,Nogaro, Le Vigeant, Ledenon

CHASSE-CROISE

Devant Fred Protat au Mans, derrière à Magny Cours, devant à Albi, derrière ce week-end à Carole, un point d'écart à mi-championnat, rarement le Superbike aura offert un duel aussi serré et c'est tant mieux.
Mais dans ce "
mano à mano", que personne ne semble actuellement en mesure de venir troubler ( Delétang ayant semble-t-il fait une croix définitive sur sa participation).
il y a une épée de Damoclès au-dessus de la tête de Fred : la météo.
Fred n'aime pas la pluie, moi si !Bertrand Sebileau
Si sur le sec, il nous est impossible, sauf défaillance, de faire le break, sur le mouillé en revanche, je le peux.
Le seul hic, c'est que depuis deux ans, deux fois sur trois,
il pleut pendant les essais, mais hormis la finale à Pau l'an passé, toutes les courses se déroulent sur le sec.
Carole n'a pas échappé à la règle, au plus que probable grand soulagement de Fred, puisque aux essais chrono sous la pluie, je m'étais emparé de la pôle en 1'10''855, Protat n'ayant que le 14è temps à près de 3 secondes.
Le seul avantage que cela m'a procuré, c'est de m'élancer d'une position de grille plus favorable.
Mais Carole est un circuit sur lequel il est assez aisé de doubler et Fred en a apporté la preuve en bouclant
le premier tour en 4è position, malgré sa place en quatrième ligne.
Rapidement, Protat me talonne et je mène le rythme jusqu'à mi-course. Mais mon cuir, étrenné au Mans il y a quinze jours, est un peu trop ajusté de la manche droite, et à Carole, où les freinages et les virages se succèdent sans répit,Podium les avant-bras sont très fortement sollicités.
Du coup,
ma circulation sanguine ralentie par la pression du cuir, je tétanise et suis obligé de rendre un peu la main. Sur les freinages surtout, mais aussi sur les ré-accélérations, principalement celle de la parabolique, car mon pneu arrière commençant à pas mal glisser, je ne suis plus sûr de réagir suffisamment rapidement sur la poignée de gaz en cas de dérobade brutale. Et comme Protat met du gros gaz, 1'02''10 comme meilleur tour en dit plus qu'un long discours, il me passe, et si je tente un moment de résister, des attardés me font perdre trop de terrain et je rends les armes, assurant ma deuxième place jusqu'à l'arrivée.
Un peu déçu mais ni honteux ni vexé ! (car Fred a réalisé une course superbe et mérite amplement la victoire), je dois avouer que cette tension et ce suspense qui, je l'espère, dureront jusqu'au bout me réjouit.
Prochain épisode dans quinze jours à Nogaro.



Bertrand Sebileau.